Présentation

Présentation

La contribution de la centrale de Gravelines sur le site BUSINESS TRAVAUX EDF GRAVELINES doit donner de la visibilité aux entreprises sur les chantiers à venir, sur les conditions des appels d’offre et sur les plannings associés.

Site « BUSINESS TRAVAUX EDF GRAVELINES »

Le Centre Nucléaire de Production d’Electricité (CNPE) de Gravelines, situé au bord de la mer du Nord, est composé de six unités de production d’électricité. La centrale produit en moyenne 37,5 MWh par an, soit 9 % de l’électricité nucléaire française. Elle répond à 100% des besoins du Nord – Pas de Calais et à 75% à ceux de la région Hauts de France.
Quotidiennement, ce sont plus de 1 900 salariés EDF et 400 salariés permanents d’entreprises prestataires qui œuvrent à la production en toute sûreté d’une électricité compétitive et faiblement émettrice de CO2. A cela, il convient d’ajouter les salariés d’entreprises prestataires lors des arrêts pour maintenance : de 600 à 2 000 selon le type d’arrêt de réacteur.

Une activité liée aux arrêts programmés des réacteurs et à la maintenance

Trois types d’arrêts sont programmés chaque année par réacteur, pour recharger le combustible et réaliser la maintenance nécessaire :

  • l’arrêt pour simple rechargement du combustible (durée approximative 30 jours)
  • la visite partielle, consacrée au rechargement du combustible mais aussi à un important programme périodique de maintenance (durée approximative 50 jours)
  • la visite décennale, qui conclut des contrôles approfondis et réglementaires des principaux composants que sont la cuve du réacteur, le circuit primaire et l’enceinte du bâtiment réacteur (durée approximative 100 jours)

Pour réaliser ces travaux, la centrale de Gravelines fait appel à des entreprises nationales et locales. Chaque année, nous investissons plus de 220 millions d’euros pour assurer la maintenance de nos réacteurs avec les entreprises du territoire.

Des travaux induits par les engagements d’EDF suite à l’accident de Fukushima

Au lendemain de l’accident de Fukushima, en 2011, un plan d’actions a été engagé par EDF visant à mettre en œuvre les améliorations demandées par l’Autorité de Sureté Nucléaire pour faire face aux situations parmi les plus improbables.

S’étalant sur plusieurs années, ce programme comprend entre autres :

  • la mise en place de la Force d’action rapide du nucléaire capable d’intervenir, en cas d’urgence, sur n’importe quel site nucléaire en France et en simultané sur l’ensemble des réacteurs d’un même site,
  • la construction d’un nouveau Centre de Crise Local capable de résister à des événements extrêmes de type séisme ou inondation bien au delà du référentiel actuel,
  • l’installation d’un diesel d’ultime secours par réacteur. Le principe est de disposer d’une alimentation électrique supplémentaire en cas de défaillance des 2 alimentations externes et des 2 alimentations internes déjà existantes.

Ces dispositions complémentaires, dont les travaux vont s’étaler entre 2015 et 2025, représentent un investissement d’environ 10 milliards d’euros pour l’ensemble du parc nucléaire, dont la moitié était déjà prévue dans le cadre des travaux relatifs à poursuite d’exploitation des unités de production à partir de l’atteinte de 40 ans d’exploitation.

La centrale de Gravelines, un acteur économique local incontournable

Avec un programme industriel permettant de prolonger la durée de fonctionnement au-delà de 40 ans, elle contribue au développement économique local, par les emplois directs ou indirects générés par son activité annuelle, et par les investissements importants prévus sur les dix prochaines années.
Ces « grands travaux » vont permettre de poursuivre la démarche d’amélioration permanente pour produire en toute sûreté une électricité compétitive et sans émission de CO2, dans un contexte de changement climatique et d’augmentation croissante de demande d’énergie.
Au-delà des investissements sur nos matériels et installations, le site a engagé sur 5 ans un budget de 80 M€ dans la rénovation des bâtiments tertiaires de la centrale dont une grande partie revient aux entreprises de la région.

Un travail avec le territoire

La préparation et la réalisation de ces grands travaux font l’objet d’une collaboration avec les pouvoirs publics, la CCI, les organismes de formation pour permettre aux entreprises du territoire de bénéficier des retombées directes ou indirectes de l’activité.

 Imprimer